Les métiers de la petite enfance sont nombreux, et quelques-uns sont accessibles sans forcément avoir à poursuivre de longues études et/ou formations. Certains ouvrent aussi la voie à des avantages fiscaux précis, notamment dans le cas des assistantes maternelles. Ci-dessous un aperçu de ce qu’il vous faut savoir pour mieux arpenter ce secteur d’activité et ses vastes embranchements.

Préalablement à l’entrée dans l’un de ses métiers, il faut naturellement s’assurer d’avoir certaines dispositions aux contraintes que cela exige : ténacité, pédagogie, autorité, organisation et une certaine imagination.

Metiers petite enfance formation

Gravir les échelons de la petite enfance

Plusieurs postes s’exercent à temps partiel. C’est le cas des agents de crèche ou des éducateurs de jeunes enfants. Les premiers, titulaires d’un CAP (certificat d’aptitude professionnelle) petite enfance comme diplôme au minimum, ordonnent les repas, siestes, changements de couches (en mairie, halte-garderie)... Les seconds, travaillant en crèche mais aussi au sein d’hôpitaux, sont orientés vers le développement des moins de 7 ans. Ils doivent détenir au moins un DEEJE (diplôme d’état d’éducateur de jeunes enfants) qui requiert 3 ans d’étude et 15 mois de stage.

Les assistant(e)s maternel(le)s sont chargés des enfants âgés entre 0 et 3 ans, dont les parents sont professionnellement chargés. C’est le plus simple d’accès puisqu’il est possible d'en faire partie après une formation de 120 heures validée par le conseil général. Ils se rendent au domicile des enfants en assurant la sûreté et le bien-être de ces derniers : bain, goûter, repas, animation… A terme, ils veillent aussi à la socialisation de l’enfant.

Les auxiliaires de puériculture ont besoin d’un DEAP (diplôme d’état d’auxiliaire de puériculture). Ils s’occupent (en équipe ou seul) denfants bien portants comme d’handicapés, veillant à leur hygiène, en prodiguant des conseils aux parents et en tâchant de guider les petits vers l’autonomie. Ces auxiliaires de puériculture peuvent être sollicités à n'importe quelle heure, de jour comme de nuit, voire le week-end.

Evolutions notables

Le directeur de crèche est un professionnel de la petite enfance détenant une longue et solide expérience en la matière. Le pédiatre est l’accompagnateur quotidien des enfants, de leur naissance à l’adolescence. C’est à la fois un médecin exemplaire et une personne douée en écoute et en compréhension. Il passe par 6 années de médecine générale et 4 ans de spécialisation.

Enfin, le pédopsychiatre est le thérapeute des enfants, de leur naissance à l’âge adulte, apportant un soin particulier aux troubles mentaux des hyperactifs, autistes, dépressifs… Leur profession exige 7 années de médecine suivies d’un DES (diplôme d’études spécialisées) en psychiatrie ou pédiatrie (4 ans) et d’une dernière année pour le DESC (diplôme d’études spécialisées complémentaires de psychiatrie de l’enfant ou de l’adolescent).

Quels avantages ?

Le métier d’assistant(e) maternel(le) suit un régime fiscal précis. Pour estimer le revenu imposable, il faut additionner le salaire net, la majoration en cas d’enfant handicapé, les indemnités compensatrices en cas d’absence d’un enfant, les indemnités de congés payés, les indemnités d’entretien des enfants (repas compris) et enfin les repas fournis par les parents (sauf pour le lait maternel) dont le montant est convenu avec eux à l'avance.

Le revenu imposable représente la différence entre tous ces montants et 3 fois le SMIC horaire par jour par enfant si l’on travaille plus de 8 heures.