Avec un coût moyen d’une place en maison de retraite publique à 1 857 €, la pension de retraite des femmes – qui forment la majorité des pensionnaires – demeure largement insuffisante en France. Les situations sont encore pires en Ile-de-France où le coût moyen mensuel est estimé à plus de 3 000 € !

Maisons retraite prix

Etat des lieux

Le vieillissement de la population française fera augmenter la demande en matière de séjour en maison de retraite, qui compte actuellement plus de 592 900 personnes âgées hébergées. Cette augmentation de la demande va sans aucun doute faire croitre les tarifs des EHPAD privés, qui varient aujourd’hui de 1 500 à 6 000 euros, selon l’établissement. Les difficultés des retraités sont plus qu’évidentes lorsque l’on sait que la pension de retraite des femmes est en moyenne de 900 euros par mois. Beaucoup de ménages n’arrivent plus alors à s’acquitter de ces frais d’hébergement.

Qu’est-ce qui compose les tarifs des maisons de retraite ?

D’une manière générale, trois tarifs sont appliqués dans les maisons de retraite :

  • Le tarif des soins (rémunération du personnel soignant et infirmier) ;
  • le tarif dépendance (frais à l’assistance des personnes en perte d’autonomie) ;
  • Le frais hébergement.

Si le tarif de soins est pris en charge par l’assurance-maladie et le tarif dépendance par l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) ; le tarif d’hébergement, lui, est payé entièrement par le résident. Selon les résultats d’une étude de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS), le reste à charge dans un établissement public ou associatif était compris entre 1 500 euros et 2 900 euros, en 2009.

Quelles solutions pour les retraités ?

Avec de tels coûts, vieillir fait de plus en plus peur à la population, dont un vieillissement plus important est à prévoir dans les prochaines années. Fort heureusement, les retraités en situation de fragilité peuvent bénéficier d’aides financières et matérielles des caisses de retraite, afin de les permettre de vivre chez eux dans de meilleures conditions, tout en gardant le confort de son propre domicile. Ces aides peuvent couvrir le financement de l’intervention d’une aide à domicile, le financement de barres d’appui ou de marches antidérapantes, mais également en cas d’hospitalisation. En restant à leur domicile, les personnes âgées peuvent ainsi recevoir des aides sur différents types de besoin : courses, livraison de repas, ménage, téléassistance, aménagement du logement, deuil... ou une autre difficulté passagère.

L’aide à domicile s’avère ainsi comme une alternative intéressante, dans la mesure où les personnes âgées peuvent obtenir du matériel utile et adapté à sa perte d’autonomie ; mais aussi parce qu’elles gardent le confort de leur domicile et décident de la planification de son emploi du temps.