Harcèlement scolaire, qu'est ce que c'est ?

La violence et le harcèlement au niveau scolaire sont des phénomènes de plus en plus fréquents actuellement et touchent par conséquent un grand nombre de nos enfants dans le milieu estudiantin, scolaire. Souvent négligées par les parents, ces situations peuvent toutefois avoir des répercussions, à court comme à long terme, sur ces jeunes personnes actrices ou victimes de ces actes. Voyons à travers cet article comment déceler certains signes de harcèlement et quels en sont les remèdes éventuels. En premier lieu, il convient de définir le harcèlement scolaire, estudiantin.

Les diverses formes qu'il peut prendre, de même que le profil de la enfants harcelés ainsi que celui du harceleur ou du groupe harceleur (avec les acteurs actifs et passifs du harcèlement). Les conséquences de l'acte de harcèlement, comment y remédier d'un côté comme de l'autre.

Harcèlement scolaire

Plan de l'article


Qu'est-ce que le harcèlement scolaire ?

Le harcèlement à l'école, l'intimidation décrit des comportements de harcèlement en milieu scolaire. Le harcèlement est caractérisé par l'usage répété de violences physiques et/ou psychologiques telles que la moquerie, l'humiliation.

Plus récemment, avec l'avancée de nouvelles technologies comme celle des réseaux sociaux, nous assistons à une nouvelle forme de harcèlement : le cyberharcèlement  qui permet aux harceleurs de poursuivre leurs méfaits hors de l'enceinte de l'école de façon anonyme ou pas.

Il y a trois caractères pour définir le harcèlement:

  1. La volonté de nuire.
  2. répétition et durée des agressions.
  3. La relation entre l'agresseur, les agresseurs et l'enfant agressé est déséquilibrée.

Nous pouvons contester néanmoins, le premier caractère car il semble que les enfants, pour ce qui concerne la volonté de nuire, n'ont pas la même perception que celle des adultes au niveau de l'intentionnalité.

Mais encore, il est important que l'enfant ne se considère pas être en état de se défendre puique le harcèlement est avant tout un rapport de domnant (s) à dominé.

Si la violence physique constitue l'une des formes de harcèlement, il ne faut pas oublier de prendre en considération le rejet hostile d'un individu par un groupe parce qu'il a un handicap ou des différences. C'est l'ostracisme. La diffamation est aussi une forme de harcèlement si tant est que la personne soit rejetée du groupe. Le racket est aussi une forme de hacèlement comme le happy slapping (pratique qui consisite à filmer le lynchage, l'agression physique voire sexuelle et sa diffusion sur les réseaux sociaux)

Depuis 2013, existe une circulaire de prévention et de lutte contre le harcèlement sous quelque forme que ce soit (verbale, physique, sexuelle) et il est dit qu'un élève qui est victime de façon répétée, durable, sur le long terme à des comportements agressifs, qui visent à lui porter préjudice, le blesser ou sa mise en difficulté par un ou plusieurs élèves sont du harcèlement. De même que l'usage de nouvelles technologies peut favoriser la situation de harcèlement lorsque c'est utilisé de manière détournée (cyberharcèlement).

Quel est le profil du harceleur ?

Il veut apparaître comme un "dur" aux yeux des autres enfant, adolescents et éprouve un fort besoin de dominer et il présente souvent des signes d'anxiété marqués. Il a en général tendance à se sentir "provoqué". Nous sommes donc en face d'un mécanisme complexe qui entre en écho avec la période de l'adolescence. Cela est plus ou moins le portrait du harceleur actif. Mais il ya aussi, le harceleur passif, souvent des filles ou  ceux pour qui le harcèlement va offrir une réponse à leur quête de reconnaissance , de recherche d'identité par l'appartenance à un groupe souvent malveillant.

Quel est le profil de la victime harcelée ?

La personne est souvent choisie en focntion d'un handicap, d'une différence physique ( couleur de peau, de cheveux, appartenance à une ethnie, en raison de son poids,de sa taille ,de son âge, une discgrâce physique). Mais encore, aussi en fonction de l'isolement social, de sa fragilité . Aussi, la victime peut être choisie en raison de critères comme celui de la profession des parents, etc... La victime harcelée le devient parce qu'elle a été désignée par le harceleur, à cause des facteurs déjà précités.

La victime deviendra le bouc-émissaire et la cible de ce dernier qui de ce fait, ne se remettra pas en cause. Le harceleur va viser les points faibles de la victime choisie, c'est le point d'attaque, d'accrochage. La victime ne pourra se défendre, réagir face à la personne ou au groupe harceleur. C'est une relation imposée de dominant à dominé. La victime sera de plus en plus exclue et isolée socialement. D'une manière générale, le profil type du harcelé est celui qui est isolé, timide, anxieux voire soumis.

Quels sont les différents signes de harcèlement ?

Le harcèlement scolaire peut se présenter sous différentes formes, à savoir la violence physique, sexuelle ou la violence psychologique. L'un comme l'autre peuvent avoir de lourdes conséquences sur l'enfant, l'adolescent pouvant aller de la dépression jusqu’à l’échec scolaire, en passant par le décrochage scolaire, l'évitement, voire même un traumatisme accompagnant la personne durant de nombreuses années allant même parfois jusqu'au suicide dans le pire des cas.

De ce fait, il serait opportun de pouvoir déceler les différents signes de harcèlement avant que les répercussions ne soient désastreuses. Les signes pour discerner ce type de troubles sont nombreux et peuvent varier en fonction des individus qui sont sujets au harcèlement. Cependant, en règle générale, les symptômes se manifestent comme suit :

  • un isolement de plus en plus accentué et un caractère taciturne, voire asocial;
  • une mauvaise image de soi
  • une dépression nerveuse et des troubles permanents du sommeil (terreurs nocturnes, insomnies, peur de s'endormir);
  • une perte de confiance en soi, un sentiment permanent de culpabilité et de honte;
  • l'auto-mutilation
  • troubles de l'alimentation telles que l'anorexie ou la boulimie
  • politique d'évitement, phobie scolaire
  • somatisation (maux de ventre, maladie, crise de panique).

Le problème du harcèlement scolaire est assez étendu car beaucoup n'osent pas avouer qu'ils sont ou ont été victimes de tyrannie, de brimades et des études essentiellement dans les pays industralisés, ont démontré que la plupart des victimes harcelées sont des filles. Que le système de l'éducation, tout du moins en France, a mis longtemps à réagir et que sur le sujet il est nécessaire d'encore faire de nombreux efforts. Les parents doivent aussi se montrer attentifs aux attitudes de leurs enfants qui se replient voire changent totalement de comportement vis-à-vis de l'école.

Comment appréhender le harcèlement ?

Le problème vient du fait que pour nombre de victimes de harcèlement, peu savent en parler ouvertement car elles éprouvent un sentiment de malaise, de honte voire de culpabilité et crainte de représailles de la part du harceleur. Mais aussi, existe le déni chez certains adultes qui sous-estiment la capacité de cruauté, de tyrannie des enfants, adolescents. De ce fait, ces dernières ne trouvent pas ou peu de soutien et préfèrent se taire.

Bien que le harcèlement fasse partie des nombreuses épreuves que subissent les individus dans leur plus jeune âge, il n'est pas rare d’en retrouver les séquelles arrivé l'âge adulte. Cependant, cette situation n’est pas désespérée, des solutions peuvent être avancées pour y remédier. La communication en évitant le déni, l'écoute reste l'un des moyens les plus efficaces pour combattre ce fléau. En effet, les échanges et autres discussions entre parents et enfants sont toujours nécessaires, dans les bons comme les mauvais moments, pour un meilleur partage d'expérience et de solutions adaptées aux problèmes rencontrés.

Le cas échéant, l'assistance d'autres personnes plus aptes à soutenir ces enfants en difficulté serait aussi important car ont davantage de recul sur la situation de la victime et ce sont des professionnels. Le recours à un professionnel ou un psychologue sera donc vivement recommandé. Ce dernier pourra accompagner l'enfant, l'adolescent dans son parcours, l'aider à surmonter cette épreuve, le conseiller et le motiver afin que celui-ci puisse affronter plus sereinement les difficultés à venir.

En France, le harcèlement scolaire est véritablement considéré et reconnu depuis 2012 car les victimes peuvent désormais déposer plainte. L'année suivante, l'association "Marion la main tendue" fut créée, suite au suicide d'une élève de classe de troisième (Marion Fraisse) pour apporter un soutien, une aide aux victimes de harcèlement sur leur lieu d'apprentissage.

Malgré tout, il reste encore trop de victimes du harcèlement scolaire qui n'osent pas parler et il faut trouver des solutions pour l'empêcher notamment en ce qui concerne la politique des établissements scolaires qui se doit d'être claire à ce sujet.